Le CIP Patrimoine : une plus-value pour les entreprises intervenant en restauration - Ma formation bâtiment

Le CIP Patrimoine : une plus-value pour les entreprises intervenant en restauration

Le CIP aussi appelé Certificat d’Identité Professionnelle est la carte d’identité d’une entreprise du bâtiment qui mentionne ses activités, ses compétences mais aussi les références de chantier.

Le CIP Patrimoine a été créé par la CAPEB en 1998, son objectif principal est de permettre une identification simple des professionnels et entreprises du bâtiment dans le domaine du patrimoine.

Ce certificat a des avantages pour les artisans mais aussi pour les clients.

Pour les artisans, le CIP Patrimoine est un moyen de valoriser son savoir-faire mais aussi de renforcer sa place sur le marché du patrimoine. En plus de cela, ce certificat est une reconnaissance des compétences de l’artisan auprès des donneurs d’ordre publics ou privés. Bon nombre d’architectes des Bâtiments de France l’exigent pour intervenir sur des chantiers de réhabilitation de monuments historiques par exemple.
En revanche, ce certificat permet aux clients de différencier les entreprises compétentes pour la réalisation de travaux de rénovation et de restauration du bâti ancien dans le respect des règles de l’art.

L’obtention du Certificat d’Identité Professionnelle mention patrimoine est une reconnaissance de qualité et un gage de confiance pour les clients faisant appel à des professionnels du bâtiment dans le cadre d’une rénovation ou d’une restauration.

Pour obtenir ce certificat, le professionnel du bâtiment se doit :

  • D’être reconnu comme artisan,
  • Être titulaire du CIP correspondant à son métier,
  • De disposer de trois références de chantier datant de moins de 4 ans en restauration,
  • Avoir suivi un stage de formation d’une durée de 3 jour afin d’être sensibiliser sur l’histoire du bâti et sur les modalités d’intervention.

Il est important de préciser que le certificat est à renouveler tous les 4 ans avec la constitution d’un dossier. Ce dossier est étudié en commission. Cette dernière est constituée notamment d’architectes et d’artisans intervenant régulièrement sur le marché de la restauration du patrimoine.

Retour haut de page